Typha Co : s’investir dans l’environnement

Hero-jeunesse.

Partagez la publication :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Le mouvement environnemental touche de plus en plus de gens, notamment les jeunes, qui cherchent toujours de nouvelles idées pour améliorer les choses. Des jeunes comme Alec Massé et Julien Koga, qui se sont associés pour créer leur propre entreprise, Typha Co. Leur objectif : résoudre la crise environnementale du lac Winnipeg.

Alec Massé explique : « J’ai été diplômé en affaires en avril 2020. Créer des stratégies en affaires, c’est vraiment quelque chose qui m’intéresse et que j’aime. En discutant avec Julien, on s’est rendu compte qu’on était complémentaires. On s’intéresse tous les deux à la cause environnementale. Et Julien étudie en botanique. On a beaucoup réfléchi et on a commencé à s’intéresser au lac Winnipeg. »

Les déchets comme solution

« Nous adoptons une approche innovante de la conception qui considère les déchets comme la solution. Acheter un sac fabriqué par Typha Co. fait une différence. »

Les deux jeunes hommes utilisent la plante Typha, aussi appelée quenouille. « Cette plante contient du phosphore et de l’azote qui contribuent à l’eutrophisation du lac Winnipeg. La récolte durable emprisonne ces nutriments avant que les plantes ne se décomposent, et empêche leur rejet dans le système hydrique.

« Des fibres sont extraites de ce Typha et transformées en matériaux, qui composent ensuite nos produits. Nous suivons notre empreinte à chaque étape du chemin. Nos sacs sont 100 % biodégradables et sans liant plastique. Tout ce que nous prenons à la terre, nous sommes sûrs de le remettre. »

Mais alors, comment les plantes Typha vont-elles concrètement aider le lac Winnipeg? Alec Massé répond à cette question : « Au lac Winnipeg, à cause de la surabondance d’éléments nutritifs, il y a une prolifération d’algues, et ces algues entraînent la mort des poissons et la production de neurotoxines. Cela crée des zones aquatiques mortes.

« Or, les plantes Typha sont très bonnes pour absorber les nutriments, en particulier le phosphore et l’azote qui sont les principales causes de l’eutrophisation.

« Alors le fait que nous les récoltions à la fin de leur saison de croissance, lorsqu’ils sont pleins de nutriments et avant qu’ils ne se décomposent, permet d’éviter qu’ils ne libèrent ces nutriments dans le système hydrique. » C’est de cette manière que l’élimination des plantes Typha profite à l’écosystème aquatique du lac Winnipeg.

L’appui du CDEM

Pour mener à bien leur projet d’envergure, Alec Massé et Julien Koga ont fait appel au CDEM. Le diplômé en affaires reprend : « Une amie nous avait parlé du CDEM. On s’est renseigné un peu puis on a décidé d’aller les voir pour obtenir de l’aide.

« On a reçu beaucoup d’information de leur part et des conseils importants. Ils nous ont été d’une grande aide. De plus, nous avons reçu du financement pour nous aider à démarrer. Mais ce qui a été le plus précieux pour nous, ce sont les conseils et l’aide qu’on a reçus de la part de professionnels grâce au CDEM. »

Site web : https://typhacompany.com/

Photo : Gracieuseté Typha Co.